La protection des tissus dentaires

 

 Bien sûr, les dents peuvent être protégées activement par le brossage mais aussi de façon passive par la salive et le fluor.

 

La salive

 

La salive possède un puissant effet protecteur contre la carie dentaire.

Plusieurs composants de la salive (lysosyme, peroxydase, lactoferrine, immunoglobulines As et IgG) exercent un effet direct contre les bactéries responsables de la carie.

La salive permet également de neutraliser les acides présents en bouche (effet tampon).

Elle fourni aussi les ions (phosphore, calcium, magnésium) nécessaire à la reminéralisation des tissus dentaires. Plus la quantité de salive est importante et plus la protection est efficace!

C’est ce qui explique que les patients dont le flux salivaire est diminué développent des caries fulgurantes…La diminution du flux salivaire porte le nom d’hyposialie. Elle peut avoir de nombreuses causes. Les plus fréquentes sont la déshydratation, le stress et la prise de médicaments.

L’hyposialie iatrogéne, c’est à dire consécutive à la prise de médicaments ou suite à une irradiation cervicofaciale (pour le traitement d’un cancer de la sphère ORL) est courante.

Les médicaments susceptibles de causer ce type d’effet secondaire sont principalement les antidépresseurs, les neuroleptiques, les bêtabloquants, les anti-hypertenseurs. De nombreux autres médicaments peuvent provoquer une baisse du flux salivaire, il faut en discuter avec votre médecin-dentiste.

En cas de bouche sèche il faut, si cela est possible, arrêter la prise du médicament responsable ou le remplacer par un autre qui ne possède pas cet effet secondaire.

La radiothérapie pour un cancer de la sphère ORL (tête et cou) est un traitement efficace, mais lourd en séquelles. Il implique une inflammation des muqueuses exposées au traitement (mucite post-radique) et une production diminuée de salive par destruction partielle des glandes salivaires du territoire irradié.

Les douleurs lors de l’alimentation (odynophagies) sont fréquentes et les dégâts aux tissus dentaires peuvents être rapides. Une bonne hygiène dentaire ainsi qu’un suivi régulier par l’hygiéniste dentaire et par le médecin-dentiste est nécessaire pour prévenir les caries, la parodontite ou la candidose.

Le dépistage des foyers infectieux patents ou potentiels est indispensable avant un traitement impliquant une chimiothérapie ou une radiothérapie.

La consommation de bonbons ou de chewing-gum sans sucre stimule la salivation. Mâcher un chewing-gum (par exemple au xylitol) ne remplace pas le brossage mais permet une certaine protection contre la carie.

Le flux salivaire est stimulé par les probiotiques. Ils ont leur rôle à jouer dans la prévention de l’hyposialie.

 

Le fluor

 

Le fluor est un élément naturel qui représente environ 0,1% de la croûte terrestre. Sa concentration est très variable selon les régions.

L’eau de mer en contient environ 1 mg par litre, l’eau douce environ 0,5 mg par litre. En suisse, l’eau du robinet en contient habituellement moins de 0,3 mg/l.

Le thé est riche en fluor puisque une infusion peut en contenir jusqu’à 8 mg par litre. Un autre source importante de fluor est le poisson de mer ainsi que certaines eaux minérales.

Eaux minérales riches en fluor:

Eptinger 1,8 mg/l

Cristalp 1,4 mg/l

Arkina 1,2 mg/l

Valser 0,6 mg/l

Adelbodner 0,4 mg/l

Contrex 0,3 mg/l

 

Historique

 

Aux Etats-Unis, au début des années 1900, le Dr. McKay commença des recherches qui durèrent près de 30 ans sur la cause d’une affection inconnue alors.

Il remarqua, dans sa pratique de dentiste dans le Colorado, qu’une maladie alors décrite comme la “Colorado Brown Stain” colorait en brun les dents de certains de ses patients depuis l’enfance et pour toute la vie. Les dents frappées par cette maladie, maintenant appelée fluorose, paraissaient particulièrement épargnées par la carie.

Dans ses recherches, McKay,  épaulé dès 1909 du Dr. Black, ont cherché ce qui produisait cet effet spectaculaire sur les tissus dentaires.

En 1931, Churchill identifie la substance coupable. Elle est présente en grande concentration dans l’eau du robinet de la région: le fluor (14 mg par litre).

En 1939, Dean démontre la corrélation entre la teneur en fluor de l’eau du robinet et la fluorose dentaire. Plus l’eau du robinet est, de manière naturelle, riche en fluor et plus les habitants présentent cette affection.

La fluorose dentaire est due à la consommation excessive de fluor qui se fixe dans les tissus dentaires (et les os) durant leur formation et colore les dents de manière irréversible.

Si la dose de fluor est excessive, les dents présentent des lignes blanchâtres. Si la dose est encore supérieure (rarissime sous nos latitudes), les dents sont brunâtres.

Dès 1942, Dean publie les résultats d’une grande étude portant sur plus de 4000 enfants de 13 villes réparties dans 4 Etats. Il constate que plus l’eau du robinet est riche en fluor et moins les enfants sont touchés par la carie.

Le fluor est donc toxique: à haute dose il provoque la fluorose dentaire. Mais il est aussi bénéfique puisqu’il permet, en étant simplement présent dans l’eau du robinet, de protéger les dents contre les caries! La concentration “idéale” de fluor dans l’eau du robinet est de 1 mg par litre.

Recommandations actuelles

Depuis des dizaines années et dans le monde entier, le fluor à fait la preuve de son efficacité pour la prévention de la carie. C’est pourquoi il doit être utilisé (avec modération) dès l’apparition des premières dents.

Le fluor exerce son action par contact direct avec les tissus dentaires (le fluor se fixe sur la surface des dents). Les comprimés de fluor à avaler sont inutiles et ont été abandonnés. Pour prolonger le contact du fluor avec les dents, on recrache le dentifrice à la fin du brossage, mais on ne rince pas la bouche avec de l’eau.

L’eau du robinet n’est pas enrichie en fluor. Sa concentration naturelle (dans notre pays) est inférieur à 0,3 mg par litre. Le risque de fluorose est minime.

En dehors de l’eau du robinet, les apports réguliers en fluor sont essentiellement assurés par le dentifrice (et autres solutions de rinçages fluorés) et le sel de cuisine qui est enrichi en fluor (0,025% – prévention de la carie) et en iode (0.002% – prévention du goitre et du crétinisme).

C’est la quantité totale de fluor ingéré qui est importante pour éviter la florose. C’est pourquoi le dentifrice pour enfants doit contenir moins de fluor que celui pour adultes. En effet, l’enfant est susceptible d’avaler une partie du dentifrice durant le brossage.

Chez l’enfant, l’ensemble des apports de fluor (surtout les eaux minérales, le thé et le sel de cuisine) ne doit pas dépasser 0,05 mg par kilo et par jour.

Par exemple, un enfant de 10 kilos ne devrait pas consommer plus de 0,5 mg de fluor par jour. Il faut donc éviter d’utiliser des eaux minérales très riches en fluor pour la confection des biberons!

Apports conseillés de fluor en milligrammes par jour:

enfants de 1 à 3 ans:  0,5

enfants de 4 à 8 ans:  1

enfants de 9 à 13 ans: 1,5

adolescents:  2

femmes:  2

hommes:  2,5

En cas de doute, posez la question à votre médecin-dentiste.