Les caries, une fatalité?

Par définition, la carie est un processus pathologique causé par des bactéries et qui s’accompagne d’un ramollissement d’une partie de la dent évoluant vers la création d’une cavité.

Evolution de la carie

1. Dent saine

2. “Lésion initiale”, il n’y a pas de cavité mais l’émail devient blanchâtre

3. “Carie superficielle” limitée à l’émail

4. Carie plus profonde impliquant la dentine

5. Carie avancée qui compromet la solidité de la dent, le nerf de la dent est touché: risque d’infection

6. Carie au stade terminal: le risque que l’infection s’étende à l’os de la mâchoire est important

 

La cause des caries n’a été comprise que depuis les années 1950 quand Stephen (1952) et Orland (1955) démontrèrent le caractère infectieux (c’est-à-dire causé par des micro-organismes) de la carie dentaire.

En 1960, Fitzgerald et Keyes démontrèrent le caractère transmissible de la carie et identifièrent le micro-organisme pathogène responsable.

On sait aujourd’hui que de nombreuses bactéries sont responsables de la carie: Streptococcus mutans, S. sobrinus, S. sanguis, S. mitior, S. cricetus, Lactobacillus,…

Ces bactéries ont en commun de se nourrir de sucre et de produire de l’acide. C’est cet acide qui détruit progressivement les tissus dentaires. De plus, ces bactéries s’organisent en biofilm (plaque dentaire) qui adhère à la surface des dents.

 

Les trois facteurs qui influencent la formation de caries sont:

  1. La quantité de bactéries présentes dans la bouche (influencé par la fréquence et l’efficacité du brossage)
  2. L’alimentation (plus ou moins riche en sucre)
  3. La susceptibilité individuelle du patient à développer ce type de lésion

 

Les trois principaux axes de prévention sont:

  1. L’élimination de la plaque dentaire (par des moyens mécaniques ou chimiques)
  2. Le contrôle de l’alimentation (limitation des aliments cariogènes, utilisation de substituts de sucre)
  3. La protection des tissus dentaires (fluor, stimulation de la fonction salivaire)